So Tippiecal !

Catégorie :

Z'animos

Fil des billets

Le penseur

Burger's zoo

Burgers' zoo - Burgers' safari
30 avril 2011


Dans la nurserie du parc national de la Haute Veluwe

Les petits oeufs de Pâques ont éclos...

National Park Hoge Veluwe

~ * ~

National Park Hoge Veluwe

~ * ~

Petite famille #1

National Park Hoge Veluwe

~ * ~

Petite famille #2

National Park Hoge Veluwe

~ * ~

Et hop! Au bain.

National Park Hoge Veluwe

~ * ~

Famille moderne… Pour le partage des taches !

National Park Hoge Veluwe

~ * ~

Ca c'est ce que j'appelle: de l'encadrement!

National Park Hoge Veluwe

National Park de Hoge Veluwe - Gerderland / Gueldre - 02 mai 2011

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)


Y'a pas que les poules qui pondent des oeufs... (de Pâques)

Les plus grandes plumes du Parc National de la Haute Veluwe

bernache

~ * ~

ouettes

~ * ~

oie_cendree

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)

~ * ~

National Park de Hoge Veluwe - Gerderland / Gueldre - 17 avril 2011


Anoure toujours...

Mais c'est qu'elles restent timides, les coquines!

Pendant près de deux heures, j'ai tourné le long des mares, j'ai fais le pied de grue, j'ai même failli m'endormir (!) à force de les attendre, assise au bord de l'eau... Ah ça oui! J'en ai bien "levé" une dizaine par mon manque de discrétion en voulant les approcher (même en marchant le plus doucement et lentement possible, les brindilles sèches, ça ne pardonne pas!), mais une fois partie dans l'eau, elles ne reviennent plus. Pas folles, les bêtes!

Voici, une fois encore, ma seule et maigre prise:

kikker

National Park de Hoge Veluwe - Gerderland / Gueldre - 17 avril 2011

(Cliquer sur la photo pour l'agrandir)


C'est le printemps ! C'est le début de la saison des anoures...

Mais c'est qu'il a fallu longuement les chercher... Elles se cachent bien les coquines!

Pourtant, dans pas si longtemps, j'en trouverais à la pelle, normalement,
au nord du parc, dans cet étang, après la maison de chasse (Jachthuis).

Près de l'autre étang, à l'extrémité ouest du parc,
c'est plutôt: libellules et papillons.

Oh, vivement  !

kikker

National Park de Hoge Veluwe - Gerderland / Gueldre - 10 avril 2011

(Cliquer sur la photo pour l'agrandir)


Biche, ô ma biche...

J'avais pris "mon billet" pour la représentation du dimanche soir.

Vers 18h, je m'arrêtais près du second centre d'observation, rangeais mon vélo contre une rambarde de fortune et rejoignais les quelques 10 autres personnes présentes dans "la loge": une longue 'hutte' ouverte sur l'arrière, simplement formée d'un toit et d'un long mur de planches dont deux avaient été enlevées sur la longueur, à des niveaux différents pour permettre aux gens de toutes tailles de pouvoir voir le spectacle; le sol recouvert d'une épaisse couche de sable pour atténuer les bruits de pas du public, et des caissons retournés pour les plus petits. 

Les artistes étaient prêts, le show pouvait commencer.

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)

~

Une biche arriva.

NP

~

Puis, une autre.

NP

~

Et un daguet.

NP

~

Puis, deux autres biches

NP

~

Et puis, tout un troupeau !
(là, il était temps de fermer les vannes, ça ne faisait plus crédible)

NP

~

Et alors, forcément... la cerise sur le gâteau. Le clou de girofle du spectacle.
La grande vedette. J'ai nommé: Monsieur Cerf.

NP

~

NP

~

NP

National Park Hoge Veluwe
03 octobre 2010

~

Tout cela était fort sympathique, mais j'ai quitté "la loge" avant la fin du show.
Bon, d'abord, il se faisait tard et mine de rien j'avais encore 20 kilomètres à faire à vélo -en grande partie, dans les bois- pour rentrer chez moi, de préférence avant la nuit (ce qui était plutôt mal barré, vu l'heure!).
Et puis, ... Je ne sais pas. Tout cela manquait de hasard, de piquant. Ce n'était pas du tout comme cette rencontre fortuite début septembre, avec le choc des deux côtés, les regards qui se croisent avec le cerf, la surprise, la première fois aussi... *Papoum papoum papoum* fait le coeur qui bat à 200 km/h ! Tout ça...
Non, là, y'avait nous, les gens, dissimulés sous notre 'préau' et puis, les animaux, qui s'en venaient bouffer le fourrage comme (je suppute) tous les jours, à la tombée de la nuit, à cet endroit. C'était trop... facile. Trop prévu. Organisé. Attendu.
Et puis, il y avait la piste cyclable coupant dans les bois juste derrière, avec des gens qui parlent fort en se promenant, des enfants qui crient... et les animaux qui ne bronchent même pas. Ils ont l'habitude.
Certes, ils ne viennent pas vous manger dans la main, ils ne se laissent pas approcher... mais bon, on sent qu'ils sont quand même rudement bien habitué à entendre des gamins s'écrier derrière le mur de bois:
-"Ouaahhh !! Regarde Papa/Maman/Machin*, des cerfs !!!". 

Bon, voilà, je saurais maintenant que les cerfs du parc national de la Haute-Veluwe ne sont pas un mythe. Ils existent bien, j'en ai vu quelques exemplaires... Mais. bizarrement, ça ne m'a pas tant comblée.
Il est certain que je l'aurais ressenti, puis raconté, d'une toute autre façon s'il n'y avait pas eu cette expérience dans les bois de Speulderbos, un mois auparavant.


_______________________________________
*Rayez les mentions inutiles

Consolation prize

50 kms à vélo (total aller-retour), près de 5 heures à déambuler, quadriller, ratisser dans les bois de Speuld à la recherche d'une étoile de mer ou pieuvre (selon les goûts): le fameux champignon Anthurus d'Archer.

J'essayais de ne pas me faire trop d'illusions: dans des bois aussi grands c'était un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin. D'ailleurs, des aiguilles... de pin, j'en ai vu par milliers. Des champignons aussi, remarquez ! Enfin, par centaines. Mais de pieuvres, que nenni. Rien. Que dalle. Niet. Nada.
Une grande déception, forcément.

Déception qui ne faisait qu'aller en grandissait alors que l'heure tournait et que j'accumulais les kilomètres de marche... J'ai essayé plusieurs types de sols: secs avec une grosse épaisseur de feuilles mortes, humide et verdoyant avec beaucoup de mousse, avec un mélange mousse/herbe, avec beaucoup d'herbe, des sols plus sableux, des carrés de résineux, de chênes, de hêtres.... Rien. Rienr. Rien ! Désolant, vraiment.

Bien sûr, ça restait une bien chouette promenade dans des bois plus que centenaires et très variés. J'ai dérangé quelques grands oiseaux (non, je ne sais pas les décrire. Ils avaient des plumes et ils volaient, voilà... ), il m'a semblé voir un couple d'animaux, passer en courant, entre des arbres, au loin. J'ai osé espéré des cerfs, mais bon... Au point où j'en étais, j'aurais aussi bien pu imaginer que c'était des cavaliers ou des licornes féériques. Trop loin, trop vite, trop flou. On y voit ce qu'on veut, comme qui dirait. D'ailleurs, la légende des cerfs qui peuplent les bois de la Veluwe m'a toujours semblé n'être plutôt qu'un grand mythe... Depuis quelques années que je parcoure les bois de cette région, je n'ai jamais vu que 3 ou 4 biches... De très loin, et jamais pu en prendre une seule en photo, tellement elles déguerpissaient bien vite en m'apercevant. 

Mais alors que je ne m'attendais plus à rien: la grande surprise ! La consécration de la légende ! O joie ! O bonheur ! 

what

(Cliquer sur la photo pour l'agrandir)

Bois de Speuld (Speulderbos)
11 september 2010

Un vrai grand cerf, avec des poils et des bois. Et des petits aussi. Je n'en croyais pas mes yeux !

La rencontre fut un choc d'un côté comme de l'autre. Le tout n'a pas pris plus de 5 secondes. Ils m'ont vu, je les ai vus, pffiiiuuut ! Les plus jeunes cerfs ont eu vite fait de prendre la fuite. Le grand cerf, lui, m'a regardé 2-3 secondes avant de déguerpir. Etant dans un phototrip "champipis", j'avais fixé mon objectif macro sur mon appareil, et ma dernière mise au point avait été faite sur un petit champignon dans la mousse verte, alors je ne vous dis pas... Le temps que l'objectif fasse la mise au point, au loin, sur les cerfs... zzzzz... zzzzz... zzzzz... de précieuses secondes se sont écoulées et perdues. J'encourageais silencieusement (mais à toute vitesse) mon appareil: "allez, allez, allez!!" Tout en priant pour que le cerf ne parte pas trop vite. Clic, clic, clic ! Prise en rafale, sans un seul espoir de faire des photos pas trop floues. Et finalement, j'ai vraiment eu beaucoup de chance !

Si c'est pas un magnifique cadeau de consolation ça. :)